Portage salarial, un statut adapté pour les entrepreneurs senior ?

Qu’il s’agisse d’envisager la fin de sa carrière différemment ou de bénéficier d’un complément de ressources, le portage salarial s’inscrit parmi les options destinées aux seniors souhaitant rester actifs.

Portage salarial, des avantages multiples

Sur la question de l’emploi des seniors – un terme qui englobe désormais les travailleurs de plus de 45 ans -, la France accuse encore un retard important vis à vis de ses voisins européens. Une étude de la DARES publiée en décembre 2018 indiquait par exemple que le taux d’activité des 60-64 ans dans notre pays était inférieur d’environ 14 points en comparaison de l’UE28, soit l’ensemble des pays appartenant à l’Union européenne. De manière générale, le problème de l’emploi va se poser dès 50 ans, quand bien même ces profils expérimentés, souvent ouverts au transfert de compétences, sont indispensables à l’économie.

Pourtant, des solutions existent pour combler ce dysfonctionnement. Parmi ces solutions, le portage salarial, moins anxiogène qu’une création d’entreprise et qui va dans le cas présent permettre aux seniors de s’affranchir partiellement du statut de salarié, pour embrasser celui de consultant indépendant. C’est là une manière d’amorcer en douceur un virage dans la dernière partie de sa carrière et de jouir d’une plus grande liberté, autant dans le choix de ses missions que dans l’utilisation de son temps. Le portage salarial peut également faire office de « pont », en attendant de retrouver un poste en CDI dans le cas où une opportunité viendrait à se présenter.

Dans les grandes lignes, ce statut affiche des avantages clairs pour le (futur ?) ex-salarié, dont ceux de conserver les bénéfices d’un salarié en entreprise tout en ouvrant à une certaine liberté. Celle de sélectionner ses missions, ses jours « off » et même souvent, sa région de résidence. Le portage salarial a cette spécificité de libérer des contraintes administratives. Qu’il soit question de facturation, de relance, de déclarations auprès des organismes publiques : c’est la société de portage salarial qui couvre ces tâches, permettant au consultant de se consacrer à la prospection et à ses missions. Vous bénéficiez de plus d’une couverture sociale identique à celle d’un salarié et d’une rémunération mensuelle vous assurant des revenus réguliers.

Un autre point qui a son importance : les sociétés de portage vous accompagnent dans la gestion de vos recettes en les lissant dans le temps et facilitent le recouvrement de vos créances auprès de vos clients. Par ailleurs elles peuvent même, comme c’est le cas avec AD’Missions et sa structure « AD’Missions Savoir Faire », vous fournir un numéro de déclaration d’activité formation qui vous permettra de dispenser et de commercialiser des actions de formations en toute sérénité.

Les avantages sont aussi clairement affichés pour les entreprises, qui en optant pour des salariés portés accèdent à des profils inaccessible via l’embauche classique. Les jeunes retraités pourront de leur côté trouver dans le portage salarial une soupape, qui leur accordera d’envisager un rythme de travail plus léger, sans être totalement stoppé. Ce peut être aussi une solution pour valider leurs derniers trimestres.

Le portage salarial, comment ça marche ?

Concrètement, le portage salarial fonctionne sur la base d’une relation tripartite entre le salarié porté, son client et l’entreprise de portage salarial. Pour prendre le cas concret de notre partenaire AD’Missions, le fonctionnement repose sur 3 étapes : après avoir prospecté et trouvé son client, le salarié porté fixe aussi bien la nature de la mission que sa durée et son prix. Une fois les conditions fixées avec son client, il signe avec ce dernier un contrat de prestation ainsi qu’un contrat de travail (en CDD ou CDI) avec AD’Missions. La société facture ensuite au client les honoraires correspondant à la mission pour établir un bulletin de salaire au consultant. Et si votre nouvelle carrière vous attendait ?